[A ras bord] Les applications iOS n’inondent toujours pas le Windows Store
2 mai 2016
[Un peu.. en avance] Call of Duty: Infinite Warfare, en précommande sur Xbox One!
2 mai 2016

[Prématuré] Surface Phone, un avenir compromis?

ChKX4IiXEAA-Jp6

Si vous suivez l’actualité tech, vous avez surement appris que Intel met fin à son projet Atom, avec des processeurs pour mobile, et s’apprête à licencier 12 000 postes.

Si l’on se base sur la potentielle rumeur que Microsoft et Intel bossait ensemble sur le Surface Phone, autant vous dire que c’est marron.

En effet, la supposée collaboration entre les deux entreprises prenait sens pour une puce capable d’être assez peu gourmande en énergie, et de faire tourner nativement des applications bureaux plutôt que de les virtualiser. Ce qu’on attends tous, du moins il me semble, en partie du Surface Phone.

Seulement, avec cette annonce, Intel révèle au moins une chose: Si Surface Phone il y a, puce Intel il n’aura pas.

Quelles solutions restent t’il à Microsoft alors, si coopération il y avait?

WinBeta en évoque plusieurs:

  • Que Microsoft conçoive ses propres puces. Intelligent, mais quasi impossible: Microsoft ne conçoit pas de puces, je ne pense pas que ce soit un truc possible du jour au lendemain, et c’est signer des conflits majeurs avec des boites comme AMD ou Qualcomm, ou même justement Intel qui en font déjà leur corps de métier.
  • Tuer dans l’oeuf le Surface Phone, si il ne se démarque finalement pas de la solution du Elite X3, a savoir virtualiser des apps bureaux. Tout le monde semble s’accorder à dire que ce n’est pas un téléphone, quel qu’il soit, qui sauvera Windows Mobile.
  • Un attrait massif des développeurs pour Windows 10: en effet, des milliers d’applications disponibles en format universel résoudrait la question pour beaucoup. Pourquoi devoir faire tourner une app bureau si tout le monde à joué le jeu en proposant son contenu sur le Store?

 

Enfin, quel lien avec la présence du Snapdragon 830 dans les fiches de Microsoft? Processeur qui, aussi puissant soit il, ne devrait pas être apte à tourner des applications bureaux.

Une chose est sure: Microsoft ne peut abandonner le marché mobile, trop important pour sa stratégie d’applications universelles de Windows 10, et très porteur. Avec une volonté de proposer un “PC dans votre poche”, Microsoft va devoir s’accommoder et trouver une solution. Peut être est elle déjà trouvée, je me doute que Microsoft savait avant le public ce que Intel prévoyait.

Bien sur, tout cela se base sur l’unique hypothèse qu’a la base, Intel était dans le coup pour le Surface Phone.

 

Thomas .P
Thomas .P
Fondateur de TheWinDose.fr, et Twitter à @rainbow_reo et @TheWinDose_FR, il a son expérience de Nokia, Symbian et Windows Phone, et s'ouvre à l'univers Android. Insider Windows 10, une Galaxy Tab Pro S sous l'OS de Microsoft l'accompagne!
  • Florentin

    Franchement MS n’est pas prêt à abandonner le Surface Phone et je pense qu’Intel sait qu’ils vont abandonner les processeurs Atom depuis un petit moment. Or Rubino a dit que MS et Intel bossaient depuis pas longtemps ensemble pour le Surface Phone et rien ne dit que cela concerne une puce Atom.

  • Ca peut être la prochaine génération de puce Core M, qui ne consomme pas trop non plus…

  • Henri

    Titre accrocheur !
    C’est sûrement un frein à Microsoft et à sa volonté de mettre un PC dans sa poche mais cela ne compromet par le Surface Phone, Microsoft n’étant plus à un flop prêt. D’ici un an, le mode continuum fera des progrès, pas de doute là dessus. On espère tous, que Microsoft trouvera une solution !

    Microsoft ne va pas abandonner le monde du mobile, il va juste l’intégrer à Windows. Le Surface Phone ne sera pas le sauveur de Windows Mobile, rien ne sauvera Windows Mobile tel qu’en 2016 on conçoit le marché du mobile : actuellement, on distingue 4 types de terminaux : PC, tablettes, smartphones et objets connectés. Avec cette classification, Microsoft est ridicule en terme de mobile et d’objet connecté là où d’autres excelles. Pour se sauver la face, Microsoft doit penser différement comme ils l’ont fait dans les années 90, comme Apple l’a fait au début des années 2000 et telle que Google l’