[Point de vue] Windows Phone, c’est sexy quand on en parle bien!
9 octobre 2016
[Magic Fan] FIFA 17 est disponible pour Windows Mobile!
10 octobre 2016

[Have you met Ted?] Rencontre avec le Huawei P9

Dans notre volonté d’élargir un peu notre ligne éditoriale, on a pris la décision avec vous, d’aborder un éventail plus large de ce qui nous plait en premier: le mobile!

C’est donc à cette occasion que j’ai pu tester la Gear S2 de Samsung, et qu’aujourd’hui, je vous propose un premier aperçu du Huawei P9!

Pourquoi le Huawei P9?

J’ai toujours voulu tester ce mobile. Bien qu’il soit sous Android, mon passage sur un Galaxy S7 depuis cet été a cassé cette barrière. Et là, forcément, open bar.

Son plus gros atout est pour moi son optique photo. Ou devrais je dire, ses optiques photos. En effet, il possède deux appareils photos avec la mention Leica.

Je met directement les points sur les i: on le sait, ce n’est pas Leica qui a conçu les optiques. Ce n’est pas non plus seulement marketing. En effet, Huawei propose son hardware, produit des photos, et Leica estime si par la suite, les clichés produits peuvent prétendre à la marque Leica. Et avant que vous criez au scandale, rappelez vous une chose: Nokia, puis Microsoft, on fait exactement la même chose avec Carl Zeiss.

Et donc, pourquoi deux optiques? L’une, classique, RGB, et l’autre Monochrome. Et c’est là sa force: le capteur monochrome ne capture qu’en niveau de gris, il est conçu comme cela. Vous avez donc des clichés « noir et blanc » hors norme, qui font tout de suite le lien avec la marque allemande Leica.

L’autre capteur, classique donc, ne fera pas spécialement de prouesse. Huawei annonce qu’en prise de photo standard, les deux capteurs travaillent de concert. En effet, le « monochrome » se concentre sur la prise de lumière, et mixe les deux clichés. Le résultat est sympa, mais en dessous, bien en dessous, du Galaxy S7 qui est un des ténors du genre.

20161009_140740

Spécifications

  • Android 6.0
  • Interface EMUI 4.1
  • Ecran 5.2 pouces Full HD
  • 145 x 70.9 x 6.95 mm
  •  3Go de RAM
  • Processeur Kirin 955 8 coeurs (ARM Cortex-A72 + ARM Cortex-A53 – 2.5 GHz)
  • 4G
  • Nanosim
  • 32Go de mémoire extensible
  • 3000mAh
  • USB Type C et charge rapide
  • 12mpx x2 (couleur, et monochrome)

Design

Huawei est fier de ce P9, et tiens à le montrer. En effet, « Designed by Huawei » est marqué sur le dessus de la boite, puis là où le téléphone est posé, puis dans son plastique protecteur… Bref, on sent que la firme l’a soigné aux petits oignons.

C’est un téléphone archi fin que nous avons là, avec moins de 7mm. Il est unibody en métal, et c’est très bien en main, bien qu’un peu beaucoup glissant.

Une grande façade en verre avec écran 2.5D pour une finition parfaite au doigt, mais pas de boutons: ils s’affichent sur l’écran.

C’est au dos que tout se passe: une grande surface, interrompue par une petite mention Huawei en bas et l’antenne, puis un capteur d’empreintes un peu trop haut à mon gout. Et vient la zone « photo », une barre horizontale noire sous du verre qui abrite les deux objectifs, un flash LED deux tons, et la belle mention Leica.

La prise en main est parfaite, l’appareil est lisse, beau et visuellement réussi, mais deux points négatifs: il me parait bien trop glissant, et le lecteur d’empreintes au dos est situé trop haut: quand je pose mon index sur le dos, le lecteur est un poil au dessus!

L’interface et logiciel

C’est Android 6.0, dit Marshmallow, qui anime ce Huawei P9. Mais le constructeur propose sa surcouche qui propose une expérience totalement différente de la vison originelle de Google.

Imaginez iOS… Et c’est à peu près tout. Pas de tiroir d’applications, tous vos logiciels téléchargés s’affiche sur les pages du bureau, exactement comme sur un iPhone. Vous noterez d’ailleurs que les applications affichent ces mêmes formes de carré aux angles arrondis.

Pour le reste, Huawei propose ses propres logiciels pour les mails, les sms, les appels, les contacts, les différents outils comme calculette, torche etc. Huawei se paye même le luxe de fournir une boussole!

Bien sur, les services Google sont aussi de la partie, et c’est le Play Store qui vous permettra de télécharger une flopée d’autres applications.

Vous l’aurez compris: c’est Android, mais totalement modifié par Huawei. On aime ou pas, cette solution « sans tiroir » à le mérite de trancher avec les autres constructeurs que sont Samsung, Sony, HTC ou encore LG.

Les p’tits plus

Quelques petites surprises sont fournies avec ce Huawei P9, qui méritent d’être soulignés car elles ne sont pas forcément présentes partout:

  • Un lecteur d’empreinte, au dos, qui même le téléphone en veille et écran éteint, déverrouille le téléphone lorsque l’on pose le doigt dessus. Ce même lecteur permet de baisser le volet de notification lorsque l’on glisse le doigt, de le ranger, de passer les photos, de se prendre en selfie…
  • Un port USB Type C, la nouvelle norme, permettant la charge rapide: quelques minutes branché offrent quelques heures de fonctionnement!
  • Des actions avec les phalanges: étrange, mais ça marche! Avec votre index courbé, entourez ce que vous désirez sur votre écran, et hop, la zone est sélectionnée!
  • Et bien sur, l’appareil photo, que l’on voit juste après!

Je vois la vie en rose en noir et blanc

Je l’ai dit en introduction: la particularité première de ce P9, c’est les deux objectifs photo SONY de 12mpx: l’un RGB, classique, puis l’autre monochrome.

A quoi cela sert il? Huawei indique que les deux prises d’une même scènes se fusionnent, pour « plus de lumière et une plus grande netteté ». Lisons la description complète:

« Chaque photo prise par le Huawei P9 saisit l’éclat des couleurs et la profondeur du contraste, reflétant l’impact émotionnel et les caractéristiques intemporelles de Leica.

Captez davantage de lumière grâce aux deux capteurs (un RVB et un monochrome). Réalisez le cliché parfait grâce à l’algorithme de fusion du Huawei P9 : il combine automatiquement les couleurs saisies par le capteur RVB aux détails du capteur monochrome.

Prenez des photos de qualité même en basse lumière avec le double appareil photo de 12 mégapixels de 1,25 µm. Obtenez un rendu professionnel en toutes circonstances grâce à la technologie IMAGEsmart 5.0 du Huawei P9.

Obtenez la qualité d’image d’un véritable appareil photo, y compris dans des conditions de faible luminosité, grâce à l’algorithme de qualité d’image conçu en collaboration avec Leica. »

Et derrière ce texte marketing? Des photos couleurs lumineuses, c’est vrai, nettes, également. Cependant, elles ne sont pas aussi belles et lumineuses que sur un Galaxy S7 ou un Lumia 950XL. Entendez bien: les photos sont belles, mais les deux appareils précédemment cités me semblent plus doués dans leur globalité.

Petite option cependant, le Huawei propose une solution logicielle pour pousser encore plus la profondeur de champs et créer un flou supplémentaire. Le résultat sur la photo de la rampe verte.

Là où tout change cependant, c’est lorsque l’on sélectionne le mode monochrome. Oui, il est possible de choisir d’utiliser uniquement le deuxième capteur photo, le monochrome. Et là, les photos prises nativement en niveau de gris sont particulièrement bluffante. Le contraste est saisissant, c’est net, propre, une lumière incroyable… C’est sans nul doute le point extrêmement fort de ce P9 et aucun smartphone ne peut prétendre à un tel résultat: les autres prennent des photos couleurs puis appliquent un filtre, mois naturel et un résultat moins probant!

Sous le capot

Petit point sur les performances. Ce processeur Kirin qui m’était jusqu’alors inconnu est une solution maison de Huawei, un peu comme les processeur Exynos pour Samsung. Le résultat est là, je n’ai ressentit aucune faiblesse. Il est épaulé de 3Go de RAM, et tout tourne au poil.

J’ai noté cependant une chauffe du téléphone, par exemple lorsque vous prenez toute une série de photo. Un peu dérangeant, mais il refroidit aussi extrêmement vite quand vous arrêtez ces tâches gourmandes.

Il existe un P9 Plus, avec un écran un peu plus grand, et 4Go de RAM.

Mon avis

Ce Huawei me paraît un excellent choix pour un premier smartphone sous Android, et que vous vouliez garder des spécificités de la photo. En effet, sa surcouche EMUI  est simple, claire, différente de l’Android de base mais aussi extrêmement ordonnée. Vous ne serez pas perdus!

Côté photo, si Huawei me semble avoir un peu sur vendu les capacités de son appareil (qui produit un très bon rendu, mais pas excellent), aucun reproche à faire à cet objectif monochrome: aucun smartphone ne peut se vanter de prendre des photos en véritable niveau de gris et avec un rendu comme celui ci. Véritablement!

Le Huawei P9 se trouve actuellement aux alentours de 450€ sur le web. Un prix qui, pour ceux qui raffolent du noir et blanc, sera plus que justifié. Il excelle là dedans, rien à dire. Son design, sa qualité de fabrication et de finition justifient, surement, ce prix là. Huawei rentre dans le haut de gamme, veut un peu prendre de la part du gâteau que mange Samsung sur Android.

Pour ma part, je trouve que le pari est réussi. Il est beau, bien fait, et se démarque avec une spécialité photo que les autres ne peuvent se vanter d’avoir. Et c’est ce qui fait sa force!

 

Thomas .P
Thomas .P
Fondateur de TheWinDose.fr, et Twitter à @rainbow_reo et @TheWinDose_FR, il a son expérience de Nokia, Symbian et Windows Phone, et s'ouvre à l'univers Android. Insider Windows 10, une Galaxy Tab Pro S sous l'OS de Microsoft l'accompagne!